N.E.A.

Nord Est Archéologie


Poster un commentaire

Souscription « Metz et son climat à la fin du Moyen Âge »

Projet de couvertureNord-Est-Archéologie vous propose en souscription, un ouvrage de Laurent Litzenburger qui est le fruit de son travail de thèse, remanié et adapté en vue de cette publication. Pour pré-commander cet ouvrage ou simplement soutenir ce projet, deux possibilités s’offrent à vous:

– Un bulletin de souscription papier que vous trouverez ici : climat_metz_souscription

– En ligne, sur le site de financement participatif Ulule, vous pouvez choisir le montant de votre contribution et les contreparties inhérentes (http://fr.ulule.com/ville-climat-metz) Vous y trouverez également des « mini-mooc », petites leçons en vidéos qui vous expliqueront simplement les enjeux et les méthodes d’une recherche sur le climat

 

 

 

Extrait du 1er mini-mooc


Poster un commentaire

La céramique funéraire mérovingienne

Couverture de l'ouvrageLa Lorraine a tenu une part non négligeable dans le développement de l’Archéologie mérovingienne en France, avec les travaux des érudits du XIXe siècle, à qui l’on doit une part importante des collections conservées dans les musées de Lorraine. Parmi celles-ci, encore en grande partie inédites, l’importante série de vases du Musée Lorrain tient la première place au niveau régional, avec plus de deux-cents cinquante exemplaires. Elle fut enrichie en 1955 grâce au legs de son ancien conservateur, Georges Goury, préhistorien mais aussi grand collectionneur, qui récolta des pièces issues principalement de nécropoles champenoises.

La collection du Musée Lorrain concerne presque exclusivement du matériel d’origine funéraire, attribuable, dans sa grande majorité, aux vie et viie siècles de notre ère. Il traduit l’usage de déposer un ou plusieurs vases dans la sépulture, le plus souvent aux pieds du défunt, inhumé avec ses accessoires vestimentaires et son armement ou sa parure pour les femmes. Le vaisselier d’époque mérovingienne, moins diversifié qu’à l’époque gallo-romaine, hérite en partie des traditions antiques, peu à peu supplantées par des formes et des techniques importées lors des Grandes migrations. Les vases sont le plus souvent à profil anguleux et sont parfois pourvus d’un décor poinçonné ou bien obtenu à l’aide d’une molette à motifs géométriques prédominants. L’étude de cette production céramique, longtemps délaissée, est cependant un instrument de connaissance non négligeable de la société mérovingienne à travers ses pratiques funéraires mais aussi les courants commerciaux et les échanges qui ont présidé une économie beaucoup moins fermée qu’il n’y paraît.

Commander l’ouvrage


Poster un commentaire

La verrerie archéologique

En 1990, l’ouvrage collectif Verreries de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles. Fabrication-Consommation fut l’occasion de présenter un premier bilan des connaissances acquises sur un sujet alors mal connu. Depuis cette date, les méthodes d’étude se sont perfectionnées tandis que les nouvelles fouilles mettaient au jour des collections abondantes, riches et variées mais restées inédites.
Vingt plus tard, il convenait de faire le point sur l’état de la recherche dans ce domaine et d’en présenter les développements les plus récents. C’est désormais chose faite grâce Hubert Cabart à qui sont confiées pour étude toutes les découvertes faites en Champagne-Ardenne et en Lorraine depuis de longues années.
L’ouvrage analyse avec minutie les collections provenant de trois sites franciliens (Paris, Vincennes, Etampes), quatre sites champenois (Sedan, Troyes rue Michelet, Troyes rue du Palais de Justice, Reims) et quatorze sites lorrains (Nancy, Saint-Dié, Saint-Avold, Thionville, Sarreguemines, Manderen et les sites de Metz Saint Nicolas, Home Israélite, Espace Serpenoise, Colline Sainte-Croix, République, Sainte-Chrétienne), parmi lesquels se détache l’exceptionnelle collection de Dieulouard riche de près de trois cents pièces.
Loin de se limiter à ce corpus de monographies savantes, l’auteur nous offre une synthèse éclairante qui précise les typologies et les chronologies sans négliger le profond renouvellement technologiques et artistique qui caractérise les débuts de l’Epoque moderne. Un permanent souci méthodologique et didactique guide l’auteur qui donne de précieux conseils pour la fouille, le prélèvement des objets, la conservation de ce matériau particulièrement fragile puis son étude en laboratoire. Il y ajoute un précieux glossaire, une bibliographie actualisée, le tout remarquablement appuyé sur une exceptionnelle variété de dessins et de photographies.
Au total, un ouvrage qui se révélera particulièrement utile aux archéologues et aux conservateurs du patrimoine mais aussi à tous ceux qu’intéresse la culture matérielle et plus particulièrement les arts de la table des XVIe-XVIIe siècle dans une région marquée par une forte tradition verrière.

Commander l’ouvrage


Poster un commentaire

Le château de l’Avant-Garde à Pompey

Couverture du livre : le château de l'Avant garde à Pompey. Tome 1 : la céramiqueLe château de l’Avant-Garde à Pompey.

Tome 1 : Céramiques et verres du Moyen Âge et de la Renaissance

sous la direction de Gérard Giuliato,

Dominant le confluent de la Moselle et de la Meurthe, le château de l’Avant-Garde (Pompey), construit vers 1315, devint château ducal en 1380 avant d’être détruit en 1635 par les armées royales. Exhumé dans les années quatre-vingt à l’occasion de travaux en vue de l’aménagement du site, le mobilier archéologique resta longtemps ignoré mais sa variété et sa qualité faisaient regretter l’absence d’une étude scientifique. C’est désormais chose faite grâce à la persévérance d’une équipe de chercheurs de l’Université Nancy 2. L’ouvrage offre une documentation inédite qui éclaire d’un jour nouveau la vie quotidienne et les mentalités de l’aristocratie en Lorraine à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. L’art de la table se reflète dans les céramiques culinaires, les récipients en grès et en verre, tandis que d’autres objets rappellent les activités domestiques et la parure. Une mention spéciale revient toutefois à la céramique de poêle qui éblouit par la diversité et la vitalité de son iconographie où les décors géométriques et floraux se conjuguent avec les portraits et les images de jeux, de combats, de vertus chevaleresques et de piété pour constituer sans aucun doute, la plus belle collection de l’Est de la France.

Commander l’ouvrage